La chasse de têtes, une approche efficace et gagnante!

Après avoir fait carrière en ressources humaines, mon associée et moi avons décidé de nous lancer dans l’aventure de la chasse de têtes. Voici quelques commentaires sur les deux principaux modèles de chasseurs de têtes, les raisons qui motivent de faire appel à un chasseur de têtes, la sous-évaluation du prix pour un véritable chasseur de têtes et le coût d’une mauvaise sélection.

QU’EST-CE QUI GUIDE LES ENTREPRISES DANS LEURS CHOIX DES MOYENS DE RECRUTEMENT?

Par souci d’économie, la majorité des entreprises préfèrent pourvoir leurs postes par l’affichage, le bouche-à-oreille ou par références.

D’autres entreprises, de taille moyenne ou plus, ont décidé de s’en remettre à leurs directions des ressources humaines. Ces dernières ont leur propre service de dotation et sont outillés en moyens comme le « sourcing », les réseaux sociaux, etc. Le problème est d’approcher directement les candidats, ce qui peut causer des inconvénients plus grands que les avantages à le faire, surtout pour les organisations de prestige.

LA SITUATION ACTUELLE DE LA PÉNURIE DE MAIN-D’ŒUVRE…

Les affichages ne suffisent plus. Comment pourvoir un poste en pénurie comme celui de technicien en électrodynamique, alors qu’il y a 400 postes affichés dans le domaine sur Indeed, Jobillico et les autres? Qui sera l’heureux élu parmi les 400 entreprises à recruter le prochain technicien en électrodynamique sans être assuré que ce candidat correspondra parfaitement au profil recherché? Nous sommes donc en pleine crise de pénurie de main-d’œuvre et encore plus de talents.

Depuis quelque temps, nous assistons à des demandes qui proviennent d’entreprises qui ont tout essayé sauf la chasse de têtes. Les entreprises n’ont plus le choix, elles doivent délaisser leurs méthodes et attaquer le problème de pénurie de front et rapidement, afin de limiter la perte de production, la diminution de la qualité des services, etc.

LE PRIX À PAYER?

Partons de l’hypothèse de la pénurie de main-d’œuvre, l’entreprise n’a pas le choix et va souvent choisir un candidat disponible qu’elle a pu obtenir via l’affichage. Ceci s’explique par le fait que les meilleurs candidats sont rarement à la recherche active d’emploi. Comme la perle rare que vous cherchez ne fréquente pas les sites d’emploi sur une base régulière, il y a peu de chances qu’elle vous transmette d’elle-même sa candidature.

De plus, comme il y a une pénurie de main-d’œuvre, vous ne serez pas seul à désirer recruter le candidat disponible, et ce, avec un salaire plus élevé et surestimé par rapport aux compétences du candidat. Si le candidat sélectionné ne répond pas aux attentes, alors vous venez d’engendrer des coûts importants sans avoir mis la main sur le candidat désiré.

Les coûts à payer à court terme :

  • Intégration, formation, coaching et le temps pour que l’employé soit à la mesure de vos attentes (baisse de profits, productivité, qualité).

Les coûts à payer à long terme :

Si l’employé ne répond pas aux attentes et que vous ne réagissez pas dans un court délai :

  • Risque de conflit, maladie, accident de travail.

Jusqu’au moment de la décision finale :

  • Coût pour le congédiement, image de la compagnie, etc.

Il est reconnu que le coût pour une mauvaise embauche est d’environ 50 000 $ et peut pour des postes importants ou des postes de représentants présenter des pertes de plus de 100 000 $. C’est un pensez-y bien.

Nous estimons cette perte de loin supérieure à un investissement que l’entreprise aurait pu faire en ayant recours à un bon chasseur de têtes dont le tarif peut varier entre 18% (Québec) et 30% (Toronto) du salaire de base annuel du candidat recherché.

Pour les dirigeants d’entreprises reconnues :

  • La réussite repose avant tout sur son capital humain.
  • Pour poursuivre sur la voie de la prospérité, toute entreprise doit se fier au meilleur capital humain en innovant et en recrutant les meilleurs talents, etc.
  • Les marchés sont de plus en plus compétitifs et l’ouverture sur le monde permet d’avoir accès aux meilleurs talents.

De plus, pour les domaines aussi importants que les postes de cadres et de professionnels ou dans des secteurs très pointus, dénicher la perle rare revient à chercher une aiguille dans une botte de foin.

Dans ces circonstances, une véritable agence de recrutement — chasseur de têtes est tout indiquée pour venir appuyer le service de ressources humaines ou encore l’équipe de direction d’une entreprise!

2017-12-01T07:17:27+00:00 30 novembre 2017|Démystifier la chasse de tête|